Accueil
Envoyer à un ami

Voeux 2009

Jeudi 8 Janvier 2009 - CREIL, La faiencerie



Je souhaite avoir, en préambule de cette cérémonie, une pensée pour le drame qui se déroule en ce moment en Palestine.
- Comment ne pas sentir solidaires du peuple de Gaza et penser aux familles des morts et des blessés ?
- Comment ne pas se révolter contre la prise en otage de populations innocentes ?
Une seule solution est possible un arrêt immédiat des combats et l’ouverture de négociations permettant la création d’un état palestinien souverain, vivant en coexistence avec l’Etat d’Israël.
Les armes n’ont jamais apportées la paix : nous le savons tous.
Mais ce soir, c’est à vous tous, réunis aujourd’hui, ici, dans notre théâtre de la Faïencerie, que le conseil municipal et moi-même avons voulu présenter nos voeux pour cette nouvelle année.
Vous tous, parce que nous avons choisi de réunir, en un même moment et en un même lieu, l’ensemble de ceux qui font et construisent Creil :
Nos partenaires publics et privés, le monde économique, associatif et les collaborateurs de la ville, celles et ceux qui mettent en oeuvre quotidiennement la politique et le projet municipal choisi, en mars dernier, par les Creilloises et les Creillois.
2
Qu'ils soient aujourd'hui remerciés pour le travail accompli. Il n'est jamais facile d'être au service des autres et encore moins dans une collectivité territoriale, au lendemain d'un renouvellement d'équipe.
Pourtant l'ensemble de nos collaborateurs ont compris tant dans l'esprit que dans la lettre, notre message, notre volonté et notre projet. Ils ont répondu présents.
Merci à vous toutes et vous tous qui représentez plus de 60 métiers différents répartis en plus de 170 grade ou fonctions, mais surtout vous représentez le service public tant décrié par certains alors même qu'il est encore plus utile en cette période de crise économique et sociale.
Et nous le vérifions en ce moment, dans cette période particulièrement hivernale.
Grand merci à vous tous !
Ici, à la Faïencerie, parce que nous sommes au coeur de Creil, de tout Creil, de tous ses quartiers et de toutes ses rues. Au coeur de son histoire Notre espace culturel municipal de la faïencerie doit s’affirmer, au centre de notre ville, comme un lieu de rencontre, d’échange, de dialogue et de partage, largement ouvert à toutes et à tous » Il doit aussi rayonner, être un élément phare de la culture isarienne et picarde.
Cette cérémonie des voeux sera dorénavant l’occasion de faire, chaque année et ensemble, un bilan d’étape de notre action, de dresser les perspectives pour l’année qui s’ouvre, de préciser les chantiers qui vont démarrer et les projets qui seront lancés.
Mais, avant d’aller plus loin j’ai souhaité, pour ces premiers voeux de notre mandat, rendre hommage à celui qui a siégé pendant 36 ans au sein de notre conseil municipal, de 1965 à 2001, et qui l’a présidé de 1979 à 2001, soit 22 ans.
L’honorariat de maire lui a été conféré en 2001, mais nous n’avons jamais eu l’occasion de formaliser la remise de cette distinction. C’est donc un honneur et un plaisir pour moi de pouvoir le faire aujourd’hui.
Il s’agit bien entendu de celui qu'aujourd'hui je vais appeler Monsieur Jean Anciant, à qui je demande de bien vouloir nous rejoindre sur scène.
Monsieur le Maire Honoraire, cher Jean.
Né en 1934 à Reims, vous avez effectué des études techniques et de droit et obtenu l’agrégation d’économie et de gestion, pour débuter en 1956 une carrière d’enseignant à Roubaix, puis à Paris et à Cachan.
Fils de cheminot, vous vous êtes très tôt engagé en politique à la SFIO. A Creil, militant, secrétaire de section, premier secrétaire fédéral de l'Oise. Vous participez à la transformation de la SFIO en Parti Socialiste.
Dès 1965, vous vous engagez dans la vie publique en devenant, je le disais tout à l’heure, conseiller municipal de Creil puis, mon cher prédécesseur, conseiller général du canton de Creil-sud et vice-président du conseil général.
3
Premier adjoint en 1977, vous devenez Maire de Creil en 1979 et vous serez réélu en 1983, 1989 et 1995. Vous présiderez également dès 1979 le district urbain de l’agglomération creilloise, ancêtre de notre actuelle communauté de communes.
Mais votre parcours public ne fut pas seulement local. Elu député en 1981, vous serez réélu en 1986 et 1988, et vous serez, à l’Assemblé nationale, porte-parole du groupe socialiste et Vice-président de la commission des finances.
J’ajoute que vous présidez, depuis 2005, le comité de jumelage de la ville.
Cette biographie pourrait suffire à démontrer votre engagement mais je veux y ajouter un mot plus personnel.
Pour avoir eu le plaisir de militer, de longues années durant, à vos côtés, je veux témoigner que vous avez eu, depuis 43 ans, l’amour de notre ville chevillé au corps et que, pas un instant, vous n’avez oublié ceux pour qui vous avez travaillé : les Creilloises et les Creillois.
Je veux vous assurer que vous serez pour notre équipe un modèle dans la passion que vous avez mise au service de votre ville et de ses habitants.
A travers vous, c’est aussi à l’ensemble de mes prédécesseurs que je veux rendre hommage.
Je ne peux, en cette année qui débute, oublier qu’il y a 90 ans, Jules Uhry fut, en 1919, le 1er maire socialiste qui fit entrer réellement Creil dans le XXème siècle. Jean Biondi, qui lui succéda, continua l’oeuvre puis vinrent Gabriel Havez, Antoine Chanut et toi que nous honorons ce soir.
L’une de tes qualités, c’est d’avoir su préparer ta succession et je veux avoir un signe d’amitié tout particulier, ce soir, pour ton successeur et mon prédécesseur Christian Grimbert qui continue à présider aux destinées de la C.A.C.
Cher Jean, c’est donc avec du respect et beaucoup d’émotions que je te remets, au nom du conseil municipal, cette médaille et que je te remercie, au nom des Creillois, de ton action, de ta détermination et de ton engagement militant, personnel et public.
Merci Cher Jean.
Ces premiers voeux sont aussi pour moi l’occasion de vous présenter, ou de vous présenter à nouveau, notre équipe municipale qui est au travail depuis déjà 10 mois.
C’est une équipe paritaire, riche de sa mixité, de sa jeunesse et de son expérience.
Elle est intergénérationnelle et à l’image de Creil. Certains visages vous sont familiers, tels des repères dans notre histoire creilloise, mais la plus plupart font leurs premières armes, depuis mars, dans la vie municipale.
Ils le font, pour certains je le sais et le constate tous les jours, avec détermination, courage et enthousiasme et cette complémentarité entre expérience et renouvellement est notre atout majeur.
Bien sûr, comme dans tout conseil municipal, la majorité est présente pour mettre en oeuvre la politique validée par les électeurs et l'opposition existe pour faire entendre sa différence.
4
Ce qui donne parfois des conseils municipaux un peu « rock and roll ».
J’évoquais tout à l’heure la passion de Jean Anciant pour notre ville.
Je veux vous dire que cette même passion anime les hommes et les femmes qui sont autour de moi ce soir et qu’elle est le ciment qui soude la majorité pour, non pas seulement gérer Creil, mais pour la transformer.
Nous avons également décidé de vous présenter ce soir, ceux que nous avons voulu placer au coeur de notre projet et de notre action, les Creilloises et les Creillois, en la personne des animateurs de nos 9 conseils citoyens de quartier.
Ils représentent ce soir toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager pour rendre notre ville plus belle, plus agréable, plus confortable, plus dynamique, en un mot meilleure.
Vous symbolisez, Mesdames et Messieurs, la part croissante que chaque citoyen veut et doit prendre dans la vie de la cité, en s’impliquant dans son animation et sa transformation.
La démocratie participative est restée trop longtemps un concept qui s’égrenait au long des campagnes électorales. Elle doit devenir une réalité concrète qui s’impose dans les choix essentiels que notre équipe sera amenée à faire durant les 5 années qui viennent.
Nous comptons sur vous, entre autre, pour rendre dans notre ville, la démocratie plus active.
Nous, élus municipaux, assumons nos responsabilités dans le cadre de la démocratie représentative qui reste au coeur de l’action publique. Mais nous devons ouvrir aux Creilloises et aux Creillois des espaces de participation, pour assumer ensemble la co-responsabilité de notre avenir commun.
Ces espaces, ce sont les conseils citoyens, où vous siégez au côté des élus, des services municipaux et des partenaires. Les conseils citoyens sont et seront impliqués, de plus en plus, dans les projets de la ville, y compris dans les choix budgétaires que nous serons amenés à faire ensemble.
J’encourage tous les Creillois à vous rejoindre, dès à présent, dans leur conseil citoyens de quartier où se dessine le Creil nouveau.
Ce Creil nouveau, ne le laissez pas se construire sans vous !
Les présentations sont donc faites : vous connaissez les acteurs du changement. Mais, me direz-vous, pour quelle politique ?
Et bien cette politique, elle a :
 un cadre : nos engagements de campagne et les 8 défis de Creil l’Audacieuse,
 une philosophie : la citoyenneté et le développement durable,
 une méthode : la concertation et l’évaluation
 un objectif : l'intérêt des Creillois et de notre ville, en conjuguant au présent les trois verbes grandir, changer et s'affirmer.
5
Ce sont avant tout nos engagements de campagne parce que c’est ce programme et ces propositions qu’ont choisis nos concitoyens et que nous avons le devoir de faire ce que nous avons promis.
Creil grandit puisque, je vous le précise, nous sommes dorénavant 33 937 Creillois alors que nous n’étions que 31 947 en 1999, ce qui fait une progression de plus 6,22%.
Creil grandit en développant l'offre en matière d'habitat: près de cent logements livrés en 2008 (locatif, accession, pavillons et immeubles)
Un petit mot de remerciement à Oise Habitat présent sur tous les fronts et qui souvent vient au secours des promoteurs privés. Creil grandit en accueillant des entreprises. Creil grandit par son action qui lui a valu plusieurs distinctions en 2008 (villes fleuries niveau régional, ville ludique, dans les sports, etc.)
Notre ville doit assumer cette croissance et s’installer pleinement dans le XXIème siècle et mettre en oeuvre ses priorités essentielles.
C’est pourquoi l’ensemble de l’action municipale doit passer à travers le « tamis » de la citoyenneté mais aussi du développement durable. C’est là encore un concept électoral qui doit devenir un fait.
Je sais combien cette notion reste abstraite pour beaucoup d’entre nous. Pourtant, si nous avons la responsabilité de préserver l’avenir de notre planète et de nos enfants, à l’heure où le monde est touché par une grave crise financière, il est devenu vital de développer une « nouvelle économie du durable ».
Elle assurera très concrètement l’avenir de nos emplois et la diversification de notre économie actuelle, mise à mal par un libéralisme hystérique et impitoyable dont nous avons en France l’un des modèles le plus caricatural : libéralisme économique mais centralisme pour les garanties démocratiques.
Cette machine devenue folle laisse sur le côté de la route ou écrase sans état d’âme, les plus fragiles et les plus démunis. Elle installe toute la société dans la précarité en instituant l'instabilité sociale, en démontant le pacte social et cela de façon minutieuse, systématique et méthodique.
De plus ce pouvoir accuse les autres échelons administratifs que sont les collectivités territoriales des pires maux, un exemple : les déficits publics.
Savez vous que l’Etat et ses structures sont responsables de 85 % du déficit public quand les collectivités territoriales y participent pou seulement 10 % et les régimes sociaux pour 5 % ?
Mais ce pouvoir recule quand il se heurte à la mobilisation et à la volonté politique. Il nous a montré ce que nous devions faire en cédant sur la réforme des lycées, en reculant sur les hôpitaux, sur le travail du dimanche mais ces reculades ne doivent pas être pour nous des victoires, nous devons rester vigilants.
6
De plus, les collectivités territoriales ont un rôle à jouer dans cette période de crise, si on leur en donne les moyens. Nous sommes les premiers investisseurs, le secteur privé du BTP et celui des services le savent qui se tournent vers nous.
Veuillez m'excuser de cet écart politique, chasser le naturel, il revient au galop, je reviens à mon propos.
La majorité municipale l'a bien compris. Les enjeux sont complexes : Ils imposent donc la méthode.
Seule la concertation permet de comprendre les attentes des Creillois, d’adapter la politique municipale à leurs besoins, d’expliquer nos choix et de valider nos propositions. Il ne faut pourtant pas se contenter de proposer et d’agir. Nous devons aussi nous remettre en permanence en cause, veiller à ce que nos objectifs soient atteints et que les moyens soient en adéquation avec les objectifs.
C’est l’objet de l’évaluation des politiques publiques que nous mettons en oeuvre.
Cependant que l’on ne s’y trompe pas. Il ne s’agit pas de décréter une Révision Générale des Politiques Publique de la ville telle que nous l’impose le gouvernement actuel.
Nous ne voulons pas, comme lui, définir d’abord les moyens et en faire découler une politique.
Il s’agit de partir des besoins de nos concitoyens de mettre en oeuvre des solutions adaptées à leurs attentes et de mettre en adéquation nos moyens
Car c’est bien là l’objectif majeur de toute politique publique : être au service de ses concitoyens, les écouter et répondre à leurs besoins dans le cadre d’un carré vertueux qui s’impose à tous les républicains : l’emploi, l’éducation, la santé, le logement, pour assurer un développement harmonieux de notre ville.
Voilà les fondements d’une politique publique ambitieuse pour notre pays. Tous ceux qui l’oublient ne sont dignes, ni de gouverner, ni de revendiquer les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont mises à mal par leur cynisme, ou pire, par leur indifférence.
Nous, nous ne l’oublions pas !
Les acteurs sont donc en place, le projet est définit : il nous faut maintenant donner corps à cette politique et lui fixer des échéances. Eh bien d’échéance, il n’y en a qu’une :
C’est maintenant !
Dès notre élection et après les indispensables, mais chronophages conseils municipaux d’organisation, nous avons mis en place les outils et le cadre de travail pour les 5 années à venir.
Dès le mois de juin, les assises de la citoyenneté associés aux diagnostics en marchant, ont permis l’installation des conseils citoyens. Ils ont maintenant un budget dédié qui va leur permettre de travailler concrètement.
7
Les premiers groupes de travail sur le développement durable se sont réunis et la démarche d’organisation de l’Agenda 21 est lancée pour aboutir en 2010. Là aussi, les Creilloises et les Creillois sont pleinement associés.
Mais si Creil grandit il change aussi et c’est maintenant.
Notre projet est un projet global et urbain, nous avons au mois cinq ans pour le mettre en oeuvre. Comme une toile qui se couvre de touches de peinture après touches de peinture et devient un tableau, nous voulons changer Creil.
Cela a déjà commencé.
Après avoir livré de nouveaux logements en 2008 sur Brossolette et aux Hironvalles, l’année 2009 verra, dès le mois prochain, le lancement de la rénovation des espaces publics de Rouher.
Les travaux se poursuivront en 2010 avec la réalisation de voiries notamment le prolongement du boulevard Biondi.
Logement encore, et toujours maintenant, puisque les acquisitions déjà réalisées sur le quartier Gournay donneront le jour à 60 logements à Thumerelle, Faure Robert et sur le Quai d’aval.
Le transfert des ateliers municipaux prévu en 2010, permettra d’entrer concrètement dans la réhabilitation de ce quartier, tout cela en partenariat avec la CAC.
Dans le centre ville, branle-bas de travaux cet été, si j’ose dire, puisque nous réaliserons ceux de la rue Gambetta, l’axe routier de tous les Creillois, qui complétera le réaménagement de la place Carnot. La salle polyvalente du Moulin est à l’étude.
Pour les amateurs de musique, 2009 sera une année heureuse avec la réouverture de la grange à musique mais aussi la livraison de la salle de la manufacture.
Les passionnés de natation verront le démarrage de la rénovation de la piscine municipale, et nous espérons aussi celle de l'île Saint Maurice.
Rassurez-vous, je ne tenterai pas d’être exhaustif ce soir sur les changements qui vont s’opérer à Creil.
Je veux seulement ajouter que tous ces travaux, toutes ces réalisations ne peuvent se faire que grâce à nos partenaires privés et institutionnels, dont beaucoup nous font le plaisir d’être présents ce soir… et maintenant.
Je veux tout particulièrement saluer les Présidents du Conseil régional et général : Yves Rome, l’Isarien et Claude Gewerc le Picard. Merci de votre soutien amical et efficace.
Mais il restait à donner un visage à ce corps car Creil doit aussi s’affirmer.
Nous devons « savoir montrer », « savoir dire » « faire savoir notre savoir faire ».
S’affirmer c’est aussi « aller au charbon » pour défendre les dossiers indispensables au triptyque :
Grandir, changer et s’affirmer.
8
Un exemple : celui de la scène nationale, nous ne comprendrions pas qu’un autre choix (sous entendu celui de la Faïencerie) prévale, au regard des critères tels que l’attractivité, le potentiel de développement, l’accessibilité ou encore l’animation culturel voire la modestie des sommes à investir pour mettre ce théâtre au niveau d’une scène nationale.
C’est pourquoi j’ai le plaisir de vous présenter, dès maintenant, la nouvelle identité visuelle de notre ville, son vrai visage, ce symbole du Creil qui grandit, change et s’affirme et qui nous montre tels que nous sommes.
Tous nous savons que notre ville souffre trop souvent, à l’extérieur, d’une image négative.
Ce temps est révolu : nous ne pouvons et ne devons plus l’accepter.
Nous revendiquons dorénavant notre identité creilloise, isarienne et picarde et refuserons le qualificatif de ville de grande banlieue. Nous sommes la première grande ville de province dans son agglomération au nord de Paris.
La richesse de notre diversité est représentée par le noir. Celui-ci est la fusion de toutes les autres couleurs, le dynamisme et la jeunesse de notre population se retrouve dans les différents caractères de police du nom Creil. La force de notre volonté politique et économique est symbolisée par le rouge.
Creil se présente désormais, au-delà de ses frontières, comme la ville centre d’un bassin creillois de plus 100 000 habitants.
Bien entendu nous ne pouvons pas porter seuls cette ambition et c’est collectivement, avec l’ensemble des villes et communes du bassin creillois, dans le respect de nos identités spécifiques et de nos objectifs partagés que nous pourrons y parvenir.
Cette démarche a été lancée lors des récents Etats généraux de l’Intercommunalité à l'initiative de la CAC présidée par Christian Grimbert et notre devoir est de la mener à bien, sans précipitation excessive mais en ayant conscience que nous avons déjà pris plus que notre temps et dépensé trop d'énergie pour les résultats obtenus.
Il est temps de mesurer les enjeux qui sont devant nous et d’affirmer notre volonté à relever les défis.
Pour nous, le grand bassin creillois, ce n'est pas demain, c'est maintenant.
L’aménagement du territoire pour le développement économique, le développement économique et durable pour l’emploi, l’emploi pour les Isariens et une agglomération pour ses habitants : une agglomération ouverte et accueillante, forte de son identité et de sa richesse humaine.
Car ne nous y trompons pas !
Nous n’aurons notre place au niveau départemental, régional et national, que si nous sommes partenaires sur un territoire cohérent, avec des compétences déterminées et des ressources adaptées.
9
C’est cette vision et cette ambition que « dira » dorénavant à toutes et à tous cette nouvelle image de Creil que vous découvrez aujourd’hui.
Quant à nous creillois, que nous soyons natifs ou que nous vivions dans le quartier du Moulin, de la cavée de Paris ou de Senlis, de Gournay, de la gare, que nous soyons du plateau ou du bas de Creil, nous ne faisons qu’un. Nous sommes tous, et avant tout, creillois et fiers de l’être, unis et sans arrogance mais avec détermination.
Cette fierté, nous devons la revendiquer parce ce qu’elle est étayé par des chiffres, des faits et une volonté.
Laissons à certains de nos voisins la nostalgie de leur passé. Ici, chez nous, à Creil, nous sommes riches de notre avenir, parce que nous sommes maintenant l’avenir.
Je terminerai en vous adressant, au nom du conseil municipal, nos meilleurs voeux pour 2009, des voeux de bonheur et de réussite, pour vous-même, vos familles et tous ceux qui vous sont chers avec une pensée toute spéciale pour celles et ceux qui touché par la vie ou la crise ont perdu l'espoir.
Malgré un contexte économique difficile, croyez-moi, nous devons avoir confiance en nous même, parce que nous sommes divers et solidaires, et comme l’a dit Che Guevara :
« Soyons réaliste : demandons l’impossible ! ».


Derniers tweets
Discours du 14 juillet 2017: Je vous prie de trouver ci-dessous mon discours lors de la... https://t.co/vL50bCc7pK https://t.co/Md8AXj0SQV
Jeudi 20 Juillet - 08:59
Intervention de fin d'année 2016-2017: je vous prie de trouver ci-dessous mon... https://t.co/6VX90kYRmX https://t.co/3K2J4wKkjP
Mardi 18 Juillet - 15:32
Résultats du premier tour des élections législatives: Le premier tour des législatives a... https://t.co/tJipUWEIYQ https://t.co/kXS20rgWQ6
Mercredi 14 Juin - 16:37
Quand nous disions que la loi Macron defavorisait les salariés, nous avions raison dixit Thomas Hollande défenseur des salariés TATi
Dimanche 14 Mai - 06:48
Première promesse non tenue ce jour à 12h30 Macron devait publier les 577 noms pour les législatives..... On attend encore......
Jeudi 11 Mai - 14:55





Recherche