Accueil
Envoyer à un ami

La TVA (anti)sociale



Le gouvernement cherche toutes les solutions pour redorer son blason en cette fin de quinquennat, alors qu’une étude Opinion Way pour Terra Nova et le Nouvel Observateur révèle aujourd’hui que 70% des français interrogés jugent que le bilan de Nicolas Sarkozy est négatif.

Toutes les vieilles propositions sont donc rénovées et représentées, et l’occasion nous est donnée de recroiser une proposition qui avait déjà fait bondir les économistes il y a quelques années : la TVA sociale. Le principe en est simple : on baisse le coût du travail et on compense le manque à gagner pour l’État en faisant payer le consommateur, par une hausse de la TVA… En clair, on fait un cadeau aux entreprises, en baissant le coût du travail, et on réduit le pouvoir d’achat des ménages. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les promesses de 2007 de « travailler plus pour gagner plus » se sont bien éloignées !

Pourtant, tous les économistes s’accordent à reconnaître que l’heure n’est plus à l’austérité et à la réduction du pouvoir d’achat, les gens n’ont plus les moyens de payer encore pour faire des cadeaux aux entreprises. N'oublions pas le cadeau de la Taxe Professionnelle (9 milliards d'euros selon les dernières estimations) fait aux entreprises au nom du même motif de baisse des charges. Cela n'aurait pas suffi. Alors le gouvernement tente de faire croire que les entreprises deviendront subitement compétitives, n’auront plus besoin de délocaliser, parce que les cotisations baissent de quelques points… Selon la droite, il faut baisser le coût du travail pour redevenir compétitif. Mais est-ce que les Français sont prêts à travailler dans les conditions des peuples avec lesquels ils sont mis en compétition ? Quelques dizaines d'euros par mois, pour 80 heures par semaine en ce qui concerne la Chine…

Pour être sérieux, il faut trouver une autre façon d’être compétitif, à travers le pacte productif de François Hollande ou la banque d’investissement publique qui est au centre du projet socialiste. Le pari de demain doit se faire sur les PME innovantes, sur la recherche et sur l’industrie de proximité.

Nous le savons bien à Creil, dans un bassin industriel qui n’est pas nostalgique mais qui est bien tourné vers l’avenir : c’est le tissu économique des petites et moyennes entreprises, avec leur capacité à innover et à promouvoir la nouveauté, qui pourra redonner un dynamisme industriel à notre territoire.
La TVA (anti)sociale


Nouveau commentaire :


Derniers tweets
Discours du 14 juillet 2017: Je vous prie de trouver ci-dessous mon discours lors de la... https://t.co/vL50bCc7pK https://t.co/Md8AXj0SQV
Jeudi 20 Juillet - 08:59
Intervention de fin d'année 2016-2017: je vous prie de trouver ci-dessous mon... https://t.co/6VX90kYRmX https://t.co/3K2J4wKkjP
Mardi 18 Juillet - 15:32
Résultats du premier tour des élections législatives: Le premier tour des législatives a... https://t.co/tJipUWEIYQ https://t.co/kXS20rgWQ6
Mercredi 14 Juin - 16:37
Quand nous disions que la loi Macron defavorisait les salariés, nous avions raison dixit Thomas Hollande défenseur des salariés TATi
Dimanche 14 Mai - 06:48
Première promesse non tenue ce jour à 12h30 Macron devait publier les 577 noms pour les législatives..... On attend encore......
Jeudi 11 Mai - 14:55





Recherche